• MyMarchy
MyMarchy > Le Magazine > Inspiration > Et si on se mobilisait encore un peu plus pour la slow consommation à l’heure de la Fashion Revolution Week ?

Et si on se mobilisait encore un peu plus pour la slow consommation à l’heure de la Fashion Revolution Week ?

par MyMarchy le 10 avril 2021

Avec la crise sanitaire, nous sommes davantage sensibilisés à une meilleure manière de consommer. Le mouvement Fashion Revolution se mobilise, lui, depuis 2013, et de façon mondiale, pour une industrie de la mode plus éthique suite à la catastrophe du Rana Plazza au Bengladesh. MyMarchy s’engage à référencer de manière générale des marques respectueuses de la slow consommation, aussi bien en mode, déco et bien-être pour vous donner envie de mieux consommer. Ce mode de consommation éthique est-il en passe de devenir votre modèle de demain ?

La slow-consommation? Kesako?

Textuellement, c’est le fait de « consommer doucement », c’est-à-dire consommer raisonnablement, prendre le temps, sans se précipiter sur un achat compulsif, grande habitude de notre société capitaliste. Elle prend également en compte des critères éthiques du respect des Droits de l’Homme et de l’environnement.

La slow-consommation est l’inverse de la fast-consommation, la consommation rapide, qui elle incite à consommer à outrance sans besoin, sans éthique. Un article sur ce sujet arrive bientôt sur le Magazine !

Le terme de slow-consommation se décline dans absolument tous les domaines de la consommation : mode, nourriture, voyage, décoration et même du transport.

Le “Buy less, choose well, make it last” de la Reine de la mode éthique, Vivienne West Wood reprend en tout point cette philosophie de la slow-consommation. Le fait est de consommer moins mais mieux, en ce qui concerne nos besoins réels et la qualité du produit.

« Ai-je vraiment besoin d’un petit haut rose fluo léopard à manches froufrous, Zara, que je vais porter à la soirée de Mélanie pendant 5 heures pour ensuite l’oublier dans les abysses de ma penderie ? Non. »

Par quoi sommes-nous influencés ?

Lors d’une journée shopping, nos achats sont influencés par des éléments marketing mis en œuvre pour, généralement, créer une envie et pousser à la consommation.

Les soldes, amies ou ennemies ? Les promotions ou les soldes attirent le regard du consommateur. Parfois faussement alléchantes, elles poussent souvent à la consommation d’un produit divers nullement utile et ce, dans la précipitation. Il faut savoir que parfois, certaines enseignes de fast-consommation biaisent leurs soldes et promotions en modifiant les prix au moment de la réduction. Les soldes et promotions ont cet effet de “maintenant tout de suite, sinon il sera trop tard !” qui accentue cet achat compulsif. 

La marque : un gage de qualité ? Une marque connue, reconnue et tendance attirera davantage la confiance du consommateur. Ce dernier l’associe à une certaine reconnaissance sociale et de standing, pour se sentir appartenir à une communauté. En revanche, la marque ne rime pas toujours avec grande qualité et une éthique sociale et écologique. Au contraire, parfois il s’agit du moins bon élève qui s’apparente à la fast-consommation. Pour y voir plus clair, la boutique lyonnaise WeDressFair analyse la démarche éco-responsable des marques les plus connues.

Mais alors, que faut-il réellement regarder, avant d’assouvir son envie de consommation ?

S’intéresser à la marque De nombreux éléments sont à prendre en compte mais le plus intéressant est de se documenter sur la marque en question. S’intéresser à ses méthodes de fabrication, son pays de confection, les matériaux qu’elle utilise. La transparence sur ces sujets est aujourd’hui fondamentale pour permettre à vous, consommateur, de pouvoir juger et jauger une marque sur ses méthodes.

Les labels Qu’est-ce qu’un label ? Un label est une marque protégée qui regroupe un certain nombre d’exigences. Ce label va être associé à un produit ou une catégorie de produit et va être délivré et régulièrement contrôlé sur la base de critères établis collectivement. Celui-ci assure la qualité, l’origine et les conditions de fabrication d’un produit commercialisé.

En revanche, le label n’est pas gratuit. En effet, le coût des contrôles ainsi que celui des redevances pour l’utilisation du logo sont à prendre en compte. Ces éléments sont calculés en fonction du chiffre d’affaires ou du pourcentage de vente sur les produits labellisés.

Ils s’avèrent être un gage de qualité et de confiance pour un futur collaborateur. La transparence est une valeur qui est au cœur des attentes des consommateurs. Les labels sont un moyen pour mieux identifier les produits écoresponsables et, ainsi, aider à faire un choix le plus juste possible.

Représentant un coût qui peut s’avérer important pour une jeune marque, les labels ne sont pas indispensables à la survie de la marque. Ils représentent une belle plus-value et authentification. Néanmoins, il est important de connaître leur existence et de garder à l’esprit que si une marque éthique ne possède pas de label, c’est tout simplement qu’elle n’en a pas encore les moyens financiers. De ce fait, il est important de se référer au conseil n°1 et s’intéresser à la marque par soi-même. 

Réelle tendance ou phénomène de mode ?

Notre écosystème est fondé sur un régime capitaliste, des personnes produisent, des personnes vendent et d’autres achètent et ce dans une boucle perpétuelle et infinie. Tel est notre système et notre façon de concevoir notre économie aujourd’hui.

Forte de changements sociaux et écologiques, notre consommation évolue au gré des avancées technologiques, des innovations et des tendances qui rythment le monde.

L’éthique gagne du terrain, en terme de consommation quels que soient les domaines. En effet, selon une étude de l’IFOP il est désormais indispensable pour les marques de s’engager sur les problématiques suivantes :

  • À 83 % sur des sujets environnementaux et écologique
  • À 68 % sur la condition sociale des travailleurs ainsi que l’égalité́ des genres au travail
  • À 55 % de la prise en compte de la condition animale dans le processus de fabrication du produit

Autre chiffre important à noter, selon l’IPSOS, près de 2 Français sur 3 (65%) affirment aujourd’hui que l’engagement des marques et des entreprises en matière de développement durable constitue un critère de choix important au moment de leurs achats mode/habillement.

De plus, selon l’ADN du net 70% des 19-35 ans seraient prêts à payer plus cher pour une cause qu’ils trouvent noble et pour laquelle ils sont attachés.

“Une partie des consommateurs consomment moins, mais mieux. Ils sont prêts à payer plus, et compensent en achetant moins de produits.” Gildas Minvielle, Directeur de la chaire IFM-Première Vision

Qui se mobilisent vraiment pour la slow-conso ?

De nombreux mouvements et manifestes ont vu le jour ces dernières années. Cette semaine, la Fashion Révolution Week célébre le 8ème anniversaire de l’effondrement de l’usine textile du Rana Plaza au Bengladesh avec un programme centré sur l’interdépendance des droits de l’homme et de la nature. En France, le mouvement Anti-Fashion porte les valeurs de la Fashion Revolution. A Lyon, le Marché de la Mode Vintage accueillera les 9 et 10 octobre ses représentants ! On vous dit tout de ces mouvements et leurs projets.

Du 19 au 25 Avril 2021, se tient la Fashion Revolution Week, organisée par l’association Fashion Revolution . Cette semaine a pour objectif de mettre en lumière les ravages de la Fast Fashion aussi bien écologiques que humains.

On aime la mode. Mais ce qu’on aime par dessus tout c’est la transparence de production, un travail équitable avec des conditions décentes pour tous, un prix de vente juste et avec un impact écologique moindre.

MyMarchy s’engage à vous proposer une sélection de marques éthiques, durables et de bon goût ! Adopter la slow-conso, permet de ne pas devenir acteur de l’industrie de la Fast Fashion et soutenir des artistans, créateurs et marchands vintage.  

Aujourd’hui, de nombreuses alternatives « neuves » à la fast fashion existent, des marques éthiques et durable 100% transparentes et respectueuses de l’environnement.

 

 

Le projet, Anti-Fashion propulsé par le Manifeste édité par Lidewij Edelkoort courant 2015, est la convergence de ceux qui mènent un combat pour la mode de demain. L’objectif premier est de mettre en lumière leurs initiatives, leurs combats et leurs projets qui élèvent la mode responsable. Parce que oui, nous rentrons dans une ère dans lequel tous les secteurs se réinventent.

« ANTI_FASHION PROJECT est un projet ouvert à tous, dans lequel tous les acteurs, industriels, universitaires, étudiants, citoyens, créateurs et entrepreneurs peuvent se rencontrer pour échanger, collaborer et proposer ensemble des réseaux de développement et créer de nouveaux projets. C’est une plate-forme participative, un laboratoire de recherche, qui va permettre de mettre en place des collaborations autour de savoir-faire différents, et créer de nouveaux projets durant le Workshop, les Rencontres et le programme de Mentoring. »

Anti-Fashion sera présent à l’édition 2021 de notre événement : Le Marché de la Mode, Vintage présidé par Stéphanie Calvino et mentoré par leboncoin. Des étudiants nous feront le plaisir de réaliser des ateliers en faveur de la mode éthique, sur le stand de leboncoin. 

 

D’accord, mais comment?

La “slow-consommation” c’est plus qu’un mode de consommation, c’est un mode de vie! Plusieurs alternatives à la fast-consommation s’offrent à vous, comme notamment la seconde-main, le vintage, les marques éthiques et évidemment MyMarchy qui réunit à lui seul toutes ces alternatives… Intéressant n’est-ce pas ? 

La seconde main bat son plein depuis quelques années, à tel point que même les enseignes de fast-consommation s’y mettent : La Redoute avec La Reboucle, Auchan, Ikea, Petit Bateau et d’autres… Le Vintage, n’échappe pas lui non plus, à la tendance… 

Mais pourquoi? Est-ce de la slow-conso ? Favorisant une économie circulaire, elle permet de consommer des produits déjà sur le marché depuis quelques mois voire quelques années. Le vintage à pour avantage d’avoir des éléments de qualité que ce soit dans le secteur du textile, de la maroquinerie, de l’ameublement ou de l’électroménager encore performant pour certain. L’obsolescence programmée, malheureusement, permet de moins en moins à certains produits d’être réutilisés et vagabonder de famille en famille aux fils des années. 

C’est pourquoi au moment d’acheter un produit neuf, le fait de se tourner vers des marques transparentes et éthiques proposant des éléments de qualité, tout en consommant raisonné et utile,  est une issue à cette over-consommation. 

Oui d’accord, mais vers quelle marque éthique dois-je me tourner ? Comment puis-je la trouver ? 

MyMarchy est l’une des solutions à ce problème de taille ! Pour ne pas vous noyer dans un océan de marques, nous sélectionnons pour vous le meilleur de l’éthique, de l’artisanat et du vintage ! Sur votre place de marché online préférée, vous pouvez vous offrir du bon, du beau et de l’éthique en un seul et même site !

Elle n’est pas plus belle la vie ? 

Back To Top