• MyMarchy
MyMarchy > Le Magazine > Marques > Rencontre avec Victor – Atelier Monsieur Lumière

Rencontre avec Victor – Atelier Monsieur Lumière

par Claire le 20 janvier 2021

Venez à la rencontre de Victor Azoulay, créateur d’éclairage vintage, co-fondateur et designer de l’Atelier Monsieur Lumière. Nous l’avons interrogé sur la genèse de sa marque. Depuis son atelier, style loft industriel, situé dans le 6ème arrondissement de Lyon, il nous en dit davantage sur sa marque qui répond à tous nos critères ; made in France, éco-responsable et vintage !

 
 

Des éclairages hors du commun

Atelier Monsieur Lumière sur MyMarchy
Atelier Monsieur Lumière sur MyMarchy

Atelier Monsieur Lumière c’est l’histoire d’une rencontre entre le mobilier vintage, le cinéma et les luminaires. 

Victor, co-fondateur étudiant dans le cinéma et passionné de Design, a voulu créer ce qui n’existait pas ! Et chez MyMarchy, on le remercie d’avoir passé le cap, parce que l’idée est complètement dans l’air du temps. 

Vous prenez une ancienne caméra, un appareil photo argentique ou un projecteur authentique et vous en faites quoi ? Vous le déposez simplement sur une étagère ? Victor, lui, crée un luminaire unique, qui ne ressemble à aucun autre. Un élément de déco hors du commun, chaleureux avec un effet « madeleine de proust » qu’on adore. Évidemment, tout est pensé, crée et assemblé en France, dans leur atelier lyonnais ! 

Mais c’est toujours plus palpitant d’être deux sur un projet. Roman, diplômé d’une école de commerce à alors rejoint l’aventure aux cotés de Victor. Évidemment pas recruté par hasard, il était depuis 5 ans dans la revalorisation des déchets en recyclant des appareils obsolètes afin de leurs donner une nouvelle jeunesse. 

Pour vous en dire davantage, nous avons échangé avec Victor à propos de son parcours. C’est juste en dessous que ça se passe ! 

Bonjour Victor, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ? 

Victor Azoulay de Atelier Mr Lumière pour MyMarchy

Je m’appelle Victor Azoulay, j’ai 25 ans, je sors de 3 ans d’étude au Cours Florent et j’étudie actuellement la réalisation cinématographique. 

Au début de mes études au Cours Florent j’ai eu l’idée de créer Atelier Monsieur Lumière pour essayer de gagner mon propre argent car le théâtre ne me payait pas encore. C’est donc de là qu’est née cette idée pour faire un rapprochement entre le milieu du cinéma, la photographie, l’Art et la décoration.

C’était donc votre job étudiant ? 

Voilà c’est ça, c’est le petit job étudiant que je me suis créé. J’ai ouvert dans un premier temps un atelier sur Paris que j’ai déplacé sur Lyon il y a maintenant 1 an.

En quoi le cinéma est-il important pour vous ?  

J’ai découvert le milieu du cinéma et du théâtre l’année de mes 18 ans lors d’un stage au Cours Florent et j’ai vraiment eu envie de faire ma vie la dedans, c’est un milieu passionnant. 

Par sécurité et pour avoir un bagage, j’ai d’abord fait des études immobilières. Puis j’ai tout de même tenté ma chance au Cours Florent pour essayer d’atteindre le cinéma et aujourd’hui je me suis reconverti à la réalisation. 

En ce qui concerne Atelier Monsieur Lumière, le rapport avec le cinéma était très fort parce que c’est des caméras et appareils photos que je reconditionne, le rapport se situe à ce niveau là.

Comment vous est venue cette idée d’associer cinéma & design ? 

J’avais beaucoup d’appareils photos de mon grand-père à la maison, beaucoup d’entre eux étaient obsolètes. Je me suis creusé la tête pour savoir quoi en faire et me faire un petit peu d’argent. 

Avec cette idée, j’ai associé mes passions : le cinéma à la décoration. Au début, j’ai réalisé des essais sur photoshop pour voir comment rendait une grosse ampoule sur un ancien boîtier d’appareil photo ou d’une caméra et finalement j’ai vu que ça rendait bien !  

C’était un petit peu au feeling, même si j’ai toujours été passionné d’architecture et de décoration ! J’ai fait des études dans l’art avant mon BAC, donc j’avais vraiment envie de me lancer dans un projet artistique et pas trop conventionnel.

Quelle est la particularité des créations de l’Atelier Monsieur Lumière ? 

La particularité c’est l’objet en lui-même. Il faut vraiment le voir pour le comprendre. Au premier abord, beaucoup de personnes ne comprennent pas, ils se demandent si c’est un appareil photo qui fonctionne ou même pourquoi est-ce qu’il y a une ampoule sur un appareil photo… 

Une fois expliqué ça devient très clair pour eux. Ils comprennent que c’est un objet de décoration ou d’art et pas un appareil photo classique. C’est vraiment pour redonner une seconde vie aux boîtiers.

Vous pensez que c’est de l’art ? 

C’est ça ! Chaque pièce est unique, on ne refait jamais deux fois le même modèle. C’est d’ailleurs ce qui plait beaucoup au client, d’avoir une pièce qu’ils ne retrouveront jamais autre part.  C’est pour ça que je considère ça comme une œuvre d’art, pour son originalité et l’authenticité sur chaque modèle.

Vous proposez également des créations sur-mesure. Mais quelle est la limite de cette création ?

Il n’y a aucune limite. Je travaille uniquement avec des appareils photos, caméra ou vidéoprojecteur mais pas sur d’autres types d’objets. J’ai décidé de me baser uniquement sur ça parce que c’est de là que se trouve le lien avec ma passion pour le cinéma. Donc si limite il y a, c’est le cinéma ou la photographie. 

J’ai déjà quelques demandes en sur-mesures. 

C’était juste avant les fêtes, une cliente m’a rapporté le boîtier de sont grand-père qui était inutilisé. Elle m’a demandé de lui confectionner, c’était un très beau boitier Paillard Bolex ! On a regardé ensemble pour voir si elle voulait un trépied, la couleur de la douille, j’ai fait mes propositions et après un devis établi j’ai travaillé son modèle et une semaine plus tard il était prêt ! 

En revanche, le sur-mesure se fait avec des boîtiers apportés par les clients. Les boitiers que je chine moi-même sont pour des créations authentiques que j’imagine et créer de A à Z.

Vous avez eu la chance de vendre vos créations à des célébrités, comment êtes-vous rentré en contact ?

On a pas vendu ces créations mais plutôt offert. C’est ma compagne Sarah, qui a pris contact avec eux sur les réseaux sociaux. À notre grand étonnement, il s’avère que beaucoup de monde nous a répondu. Je pense que c’est parce que les modèles sont assez authentiques et ont touchés ces personnes en rapport avec le cinéma et l’audiovisuel.

Donc nous avons proposé de les envoyer. Notamment à Melissa Theuriau qui nous a fait une belle promotion sur instagram et qui continue de nous suivre sur nos réseaux sociaux donc ça c’est super sympa ! 

Ensuite, Hélène Sy, la fondatrice de l’association Cé Ke du Bonheur. Nous lui avons proposé de travailler avec elle en reversant une partie de nos gains collectés pour l’association, mais c’est encore en pourparler ! 

C’est très valorisant et très intéressant pour nous de laisser nos pièces dans les appartements de ces personnes là, parce que j’imagine que d’autres personnes du milieu qu’ils fréquentent passent chez eux peuvent potentiellement s’intéresser à nos pièces. 

On a aussi pris contact avec des boîtes de production parce que c’est dans ces endroits dans lesquels il y a beaucoup de passages de personnes du milieu du cinéma, donc potentiellement intéressé par ce type d’œuvre. 

Nous avons pris contact avec les réalisateurs et producteurs Olivier Nakache et Éric Toledano en leur proposant une grosse pièce unique avec un trépied et vidéoprojecteur qui doit faire environ 1m50 de haut ! Ils sont sur Paris donc avec la situation actuelle nous n’avons pas pu encore leur offrir, mais c’est en projet pour les mois à venir. 

C’est une grosse plue value et communication pour nous de collaborer avec ces personnes là du milieu.

Êtes vous un chineur aguerri habituellement ? 

Je suis très intéressé par le vintage ! Quand j’étais sur Paris je me déplaçais régulièrement aux Puces de St-Ouen maintenant que je suis sur Lyon c’est les Puces du Canal ! Dès qu’il y a des brocantes à propos du cinéma ou de la photographie vintage, je n’hésite pas à me déplacer. 

Et sinon, je chine beaucoup sur les enchères en ligne pour essayer de trouver des boitiers intéressants pour mes créations. 

En plus, à Lyon nous avons un fort rapport avec la photographie et le cinéma avec les Frères Lumières

En parlant des Frères Lumières, vous n’avez jamais songé à faire un partenariat avec eux ?

Nous voulions nous mettre en contact avec eux, notamment pour le festival des lumières, on l’espère pour les éditions suivantes. 

Mais  il y a un gros festival de cinéma qui vient de débuter sur Lyon : Filmoramax, dirigé par un ami qui s’appelle Arnaud Mizzon dont c’était la première édition cette année ! Ça va être le second plus gros festival de cinéma lyonnais après le Festival des Lumières. Il y aura de beaux prix avec notamment des rencontres avec le milieu du cinéma. 

Nous étions partenaires. Nous faisions gagner aux personnes présentes sur le festival, une pièce unique grâce à leurs participations. 

Donc finalement on se met au maximum dans tout ce qui est événement cinéma, déco, salon et vintage comme le Printemps des Docks & Le Marché de la Mode Vintage ! Pour ce faire connaitre et c’est ce qui nous permet de faire grossir notre fichier client parce que quand les personnes passent devant nos œuvres ils sont intrigués et prennent une carte.

Comment avez-vous défini vos prix ?

J’ai du mettre un an et demi avant de placer mon prix, parce que j’ai “tâté le marché” ! J’avais du mal à me placer, parce que certaines personnes vont me dire que c’est pas assez cher et d’autre trop cher. 

Donc on a essayé de prendre en compte toutes ces indications et diminuer le prix au fur et à mesure du temps, pour être le plus juste possible. Aujourd’hui on a trouvé notre prix de vente avec un prix moyen de 250€ environ. 

En novembre on s’est fait arraché tout notre stock, on avait fait des soldes à -40%, donc je pense que les gens en ont profité pour s’acheter leur pièce unique ! À noël c’est aussi un cadeau qui plaît énormément, parce qu’on cherche un cadeau original qui sort de l’ordinaire et puis là c’est vraiment ce qui colle avec cette demande.

Pour vous qu’est-ce que MyMarchy ? 

C’est un site intéressant  ! Je suis déjà sur d’autres plateformes et je pense que c’est le futur, les gens achètent de plus en plus sur internet. En effet, ils ont moins peur parce que maintenant ils connaissent leurs droits et les politiques de retour. 

C’est une très bonne idée, j’étais totalement partant à l’idée de travailler avec MyMarchy parce que déjà c’est une création Lyonnaise, donc c’est assez sympa parce que je me considère aujourd’hui comme un créateur Lyonnaise même si j’oscille entre Paris et Lyon. Je suis Lyonnais d’origine et le cinéma et Lyon ont une valeur inestimable. 

Je trouve intéressant My Marchy du fait qu’il soit en rapport avec le vintage, made in france et l’éthique. Je pense que mes produits se placent dans les trois cases : vintage parce qu’on travaille avec des boitiers qui datent principalement de 1950, l’éthique car on reconditionne des boîtiers obsolète au lieu de les jeter pour éviter les déchets et le Made In France parce qu’on produit en France. C’est ça que je trouve vraiment bien avec MyMarchy, c’est que ça regroupe ces trois sujets.

Le présentiel est quand même important pour vous ? 

Nos pièces sont différentes et ne sont pas toujours facile à comprendre au premier abord, donc en présentiel en direct (au show room de Lyon, sur les salons ou les Pop-Up) c’est toujours plus intéressant car on a le client en face de nous pour tout lui expliquer. Mais je trouve que la vente sur internet est importante et c’est un marché qu’il faut saisir. 

Qu’espérez-vous de cette année 2021 pour votre projet ? 

J’ai un ami qui va s’associer avec moi dans les mois qui viennent et notre objectif est d’accélérer la cadence. Aujourd’hui on est sur une production d’environ 20 boitiers par mois maintenant notre objectif serait de passer à 50 boîtiers par mois. 

Moi je m’occuperai de la création et mon associé de la commercialisation. Prendre de l’ampleur et se développer davantage !

De l'unique sur MyMarchy

Sur MyMarchy, nous vous proposons de consommer de l’éthique et du beau. Offrez-vous une pièce unique 100% déco pour votre intérieur, avec comme élément principal un objet rempli d’histoire. 

Pour nos fidèles visiteurs du Marché de la Mode Vintage et du Printemps des Docks de Lyon, vous avez déjà dû croiser la route de Victor et Roman ! Mais aujourd’hui, vous l’aurez compris, l’Atelier Monsieur Lumière est désormais disponible sur mymarchy.com. De quoi ravir vos intérieurs toute l’année ! 

Rendez-vous dans notre onglet « La Maison » pour découvrir les merveilleux articles de nos vendeurs

Back To Top